LAURENCE GIJS
Passionnée par la littérature et l’écriture, rien ne me destinait au monde de l’assurance… Mais il ne faut « jamais dire jamais » ! Mon diplôme presque en poche, j’ai postulé en août 2007 chez AG Insurance… Près de 6 ans plus tard, je suis toujours là ! 6 années au sein du département Communication, où j’ai toujours pu continuer à assouvir ma passion de l’écriture, tout en découvrant un monde aussi intéressant que varié.

Dans l’équipe Press & Reputation, je suis entre autres chargée des relations avec la presse. Un job qui me permet d’être au cœur de ce qui se passe dans l’entreprise, de rencontrer des collègues de toutes les business lines et d’être en contact avec les journalistes de la presse belge. Au quotidien, mon job se résume en 3 mots : réactivité, disponibilité et transparence.

Copywriter et "fière de lettres"

​Pour ce deuxième post, je vous propose de faire un petit flash-back dans ma vie… Empruntons la machine à remonter le temps et retrouvons-nous en août 2007 !


Non, je ne vous parlerai pas de la victoire des Diables Rouges face à la Serbie, le 22 (oui oui, ils gagnaient parfois à l’époque), ni de la démission d’Yves Leterme en tant que formateur royal le 29 (oui oui, il démissionnait parfois à l’époque), encore moins de l’invasion estivale des ratons laveurs dans nos vallées ardennaises (ok, je sors).

Non, j’ai juste décidé de vous parler… de moi. Et du grand tournant qu’allait prendre ma vie cet été-là. Jeune (déjà plus vraiment) étudiante à l’UCL, j’ai consacré ce merveilleux été 2007 à une joyeuseté estudiantine incontournable. Festivals ? Barbecues ?  Camp scout ?  Vacances de 3 mois et farniente ? NON. Job étudiant « encodage-photocopieuse-classement » (biffer la mention inutile) ? NON PLUS. Encore plus réjouissant : mon MÉMOIRE :-) (dont je vous épargnerai le sujet, tout aussi réjouissant d’ailleurs).

Techniquement, il s’agissait même de mon deuxième mémoire, puisque j’avais décidé de consacrer cette dernière année d’études à un master complémentaire. Et quand on en a déjà rédigé un… croyez-moi, on galère pour recommencer ! Physiquement et mentalement, j’étais incapable de travailler plus de 2 heures consécutives sur mon mémoire. Un escargot malade sous un soleil de plomb : plein le dos, impossible d’avancer. Moi qui adore écrire, j’étais arrivée à saturation.

Mais surtout, j’avais déjà la tête ailleurs : le monde du travail me tendait les bras, j’allais bientôt devoir faire le grand saut ! Un savoureux mélange de stress et d’excitation. Moi, l’éternelle étudiante, toujours partante pour assister au cours, faire des recherches en bibliothèque et même (si si, c’est vrai) se mettre en blocus, j’allais devoir refermer un beau chapitre de ma vie pour en ouvrir un autre. Mais où ? Comment ? Avec qui ? Dans quel secteur ?

Pas de temps à perdre ! Et puis, c’est bien connu, une femme peut faire deux choses en même temps… Alors au fur et à mesure que mon mémoire avançait (enfin, si je puis dire…), j’ai commencé à consulter les offres d’emploi. Première constatation pour quelqu’un qui souhaite bosser dans la « com’ » : tout le monde communique ! (ou devrait, mais ça, c’est un autre débat). Entreprises, services publics, ASBL, médias, personnalités… Bon, commençons par les entreprises belges. La première qui m’est venue à l’esprit (ne me demandez pas pourquoi) : Fortis. Petit coup d’œil sur le site internet consacré à la partie Jobs. Tiens, ils recherchent un Copywriter francophone pour la division Insurance… Un « copywriter » ? C’est quoi cette drôle de bête ? Y’a pas d’équivalent dans la belle langue de Molière ? Ça commence mal pour la romaniste que je suis…  Bon, lire la description de fonction. OK, bien compris. Finalement, un copywriter, c’est un peu un écrivain d’entreprise… Ecrire autre chose que mon mémoire ? Je fonce ! À moi brochures commerciales, e-mails et lettres de vente ! Un C.V., une lettre de motivation et une bonne dose d’auto-persuasion (vas-y Laurence, t’as rien à perdre !), et qui sait ?

Voilà comment, en ce beau mois d’août 2007, j’avais posé, sans le savoir encore, mon premier orteil dans le monde du copywriting et de l’assurance, alors que ma vie d’étudiante n’était pas encore tout à fait terminée.

À suivre…

CURIEUX DE CONNAÎTRE LES COLLÈGUES DE LAURENCE