PHILIPPE MALARME
Ingénieur chimiste de formation, j'ai rapidement abandonné la chimie, trop explosive à mon goût, pour l'informatique, qui me semblait plus inoffensive et surtout plus prédictible. Grave erreur, puisque tout système complexe, produit cartésien de millions d'instructions élémentaires, finit par mener une vie propre, riche et imprévisible. Depuis, avec mes collègues d'IT, je mène ce combat inégal, chaque jour recommencé, contre la complexité croissante de nos systèmes informatiques. Heureusement, des techniques existent pour maîtriser cette complexité: méthode, structure, encapsulation, inspiration et transpiration. Et chaque année, de jeunes informaticiens nous rejoignent dans cette quête, pour construire les systèmes de demain, toujours plus puissants et plus fiables.

Pour les impatients et les curieux, sachez que l'intégralité de mon blog est déjà publiée, cachée dans l'infinie série des décimales de pi.

Livre de chevet : "Gödel, Escher, Bach: An Eternal Golden Braid " de Douglas Hofstadter.
Film favori : "Pi" de Darren Aronofsky.
Disque favori : "The Sophtware Slump" de Grandaddy.

L'avenir de la science
​Il y a quelques semaines, AG Insurance a eu la très bonne idée de nous faire découvrir l'Expo-sciences à Bruxelles. L'ambiance y était fantastique.
 
Imaginez un peu : dans la nef centrale de Tour & Taxis, temple dédié pour deux jours à la science, sont alignés des dizaines d'autels derrière lesquels officient de jeunes scientifiques venus de tous les pays. Ni robes noires ni chapeaux pointus, tous sont vêtus du T-shirt officiel de l'expo-sciences, et font démonstration de leur habileté à maîtriser les phénomènes les plus étranges.
 
Une jeune fille déchaîne des cyclones et des ouragans dans une bouteille d'eau. Trois Circé nous font respirer de capiteux parfums créés à partir de condiments que l'on trouve dans toutes les cuisines. Une machine à vapeur tourne à l'aide d'un capteur solaire en spirale. D'autres inventeurs en herbe ont construit des robots qui nourrissent les vaches, ramassent les fruits et règlent la circulation. Ou encore de subtils mécanismes destinés à récupérer l'énergie produite par les haltérophiles et les cyclistes.
 
Les neurosciences n'ont pas été oubliées. Un jeune homme a voulu vérifier s'il est vrai que la faim aiguise l'intelligence, en nourrissant plus ou moins bien des oiseaux. Il en avait apporté trois avec lui, pour parfaire la démonstration. Comme je lui fais remarquer qu'aucun des trois oiseaux n'a l'air bien malin, il m'a gentiment expliqué que c'étaient des répliques en plastique, les vrais oiseaux étant restés chez lui. Ces oiseaux ont été soumis à des tests particulièrement difficiles. Lancer des cailloux dans un tube rempli d'eau pour y faire monter la nourriture, vous y auriez pensé, vous ? 
 
J'avoue n'avoir pas dormi la veille de ma visite à l'exposition, tant j'avais peur de me voir transformé en crapaud par ces apprentis sorciers. A tort, puisque j'en suis ressorti sans métamorphose, avec mon profil de têtard habituel. Nous avons passé un après-midi très agréable et instructif au milieu de ces jeunes pleins d'avenir, que j'aurai plaisir à revoir à la fin de leurs études, dans le cadre d'une job fair. Nous reviendrons en tout cas pour la prochaine édition de l'Expo-sciences, en avril 2014. Merci à AG Insurance pour cette découverte. Et un grand bravo à Antoine Van Ruymbeke, ingénieur système chez IT, qui consacre une bonne partie de son temps libre à organiser cette exposition. 
videomarkup

Youtube est désactivé.

Veuillez autoriser la lecture des vidéos pour la consulter.

Autoriser
Vous pouvez consulter cette vidéo ici: https://www.youtube.com/embed/
CURIEUX DE CONNAÎTRE LES COLLÈGUES DE PHILIPPE