DAMIEN DU BOIS
Le 03 septembre 2007 est, peut-être, une date comme une autre pour la plupart d’entre vous. Pas pour moi. Car c’est précisément ce jour-là que j’ai rejoint les rangs d’AG Insurance. Qui à l’époque s’appelait d’ailleurs Fortis Insurance Belgium. Si le nom de la compagnie a changé depuis, je suis toujours fidèle à mon département d’origine : la communication commerciale au sein du canal du courtage. Un département au sein duquel j’exerce la fonction de Web copywriter. Cela ne vous dit rien ? Vraiment ? Voilà une première bonne raison de lire mes prochains articles.

Pour clôturer ce petit mot d’introduction, je peux également vous dire que je suis passionné de football et de sport en général, grand consommateur de magazines d’info, mais aussi que j’habite Ellezelles (Google Maps pourrait être votre ami), que je suis l’heureux papa d’un petit Sacha et que, oui, la vita è bella !

A bientôt ?
Le télétravail n'a pas de prix

​Avant de parler de ce que je fais, laissez-moi vous dire d’où je viens. Car je viens de loin. Enfin, quand je dis « de loin », tout est relatif. Car en Belgique, personne n’est jamais si loin que ça. Bref. Je suis né à Grammont (Geraardsbergen en V.O.) et j’ai habité plus de 20 ans à Lessines. Dans le Hainaut, donc. Et à la frontière avec la Flandre orientale.

Aujourd’hui, je vis à Ellezelles. Toujours dans le Hainaut et toujours à la frontière linguistique. Un magnifique village que je ne quitterais pour rien au monde. Et ce, même si le trajet
« domicile-travail » me prend … +/- 180 minutes par jour. 
Soit 2.880 minutes par mois. En moyenne.

Première étape : sortir de mon lit. Avant de me diriger vers la gare d’Ath, située à 25min en voiture. Vu que je prends le train relativement tôt, trouver une place sur le parking est un jeu d’enfant. Une fois confortablement assis dans le train (et il n’y aucune ironie ici), je peux m’occuper pour une petite heure.
Il ne me reste plus, alors, qu’à marcher une grosse dizaine de minutes pour rejoindre le boulot. Le trajet aller-retour et de porte à porte me prend donc, grosso modo, 3h par jour.

Bien sûr, cela peut paraitre long. Bien sûr, je pourrais profiter autrement de ce temps précieux si j’habitais plus près de Bruxelles. Et bien sûr, ce n’est pas chouette de devoir constamment garder un œil sur sa montre, de peur de louper le train. Mais c’est un choix que j’assume et ne regrette pour rien au monde. Car l’équilibre de mon cadre de vie personnel est primordial à mon épanouissement professionnel.

De plus, travailler chez AG Insurance offre un double avantage en matière de déplacement. Le télétravail et les plages flexibles. En théorie, nous pouvons arriver jusque 9h30. Ce qui me permet de rester assez zen lorsque le train traine en chemin ou lorsqu’un « changement dans l’affectation du personnel » a pour conséquence que « le train à destination Bruxelles ne circulera pas ce jour ». Ce qui est assez rare sur ma ligne (si, si).

Quant au télétravail, c’est indéniablement un « plus » de la compagnie. Outre le fait d’épargner 180 min de trajet, ce jour de travail à domicile me permet de me consacrer aux tâches nécessitant une plus grande concentration. Et si je craignais d’être moins productif à la maison (parce que plus de
« tentations »), c’est plutôt l’inverse qui se passe. Une fois mis en route, les heures passent vite. Et les projets avancent.

Cerise sur le gâteau, je peux éteindre mon ordinateur à 16h, récupérer mon petit mec à la crèche à 16h10, avant que ma compagne ne nous rejoigne à 17h. Pour une soirée en famille.
Et ça non plus, ça n’a pas de prix !

CURIEUX DE CONNAÎTRE LES COLLÈGUES DE DAMIEN